jeudi 10 novembre 2016

Rapport d'activité pour l'AG du 14 octobre 2016.

Depuis le 1er octobre 2015, Digemer a continué à chercher, à remettre en état, à équiper des logements pour les demandeurs d'asile et les mineurs isolés étrangers. Deux appartements que nous avions trouvés sont revenus à leurs propriétaires en cours d'année. L'association gère actuellement 6 logements : un appartement à la Cavale Blanche, une maison au Rody, deux studios à Kerjean, une maison à Tréglonou, un appartement loué rue A. France pour les mineurs (Digemer est la seule association à financer leur hébergement).

Des personnes accompagnent les familles et les mineurs étrangers. Elles veillent à ce que les enfants et les jeunes soient scolarisés. Elles aident les parents dans leurs démarches administratives : rendez-vous à la Préfecture, dossier pour l'OFPRA, recours avec l'appui d'un avocat, droit de travailler...

Un Réseau pour l'accueil des migrants dans la dignité s'est mis en place sur le Pays de Brest, suite au rassemblement de soutien aux migrants du 15 septembre 2015. Il est composé de différents syndicats et associations. Digemer bien sûr y participe. Ses objectifs : faciliter l'accueil des migrants pour une intégration réussie ; mettre nos compétences au service de cet accueil ; veiller au respect de leurs droits ; sensibiliser la population.

Des collectifs rattachés à Digemer se sont organisés à Plabennec et à Guilers. D'autres se sont constitués en associations indépendantes : Accueil Solidarité St Urbain, SOS Réfugiés du Moyen Orient, Solidarité Iroise Plougonvelin, Solidarité Côtes des Légendes, Collectif Humanité de Plouguerneau. Quatre rencontres  ont permis à ces collectifs de s'informer sur la loi du 15 juillet 2015 sur les migrants, les familles accueillies, les logements à mettre à la disposition de Coallia, les questions qui se posent dans l'accueil des migrants, l'action menée avec le Réseau Migrants pour les mineurs isolés étrangers, le projet : »Un toit pour les sans-droits ».

Ce qui a surtout marqué cette année :
  • l'élargissement du réseau des accueillants avec le développement des collectifs et du Réseau Migrants sur la Pays de Brest : un nombre impressionnant de personnes sont prêtes à se mettre au service des migrants.
  • L'évolution des personnes accueillies et accompagnées : des familles primo-arrivantes on est passé aux familles en renouvellement d'autorisation provisoire de séjour et aux mineurs isolés étrangers.

En conclusion, je voudrais rappeler les constats que nous avions faits dans la rencontre d'accompagnateurs du 14 décembre.

En accompagnant les familles, nous découvrons :
  • pourquoi elles ont quitté leur pays (pression de la mafia, raisons religieuses,  politiques, économiques...)
  • la peur et l'incertitude de l'avenir qui les marquent
  • leurs galères : squat, vie dans les hôtels, manque d'argent, mise à la rue lorsque leur statut change, difficulté pour les adultes d'apprendre le français...
  • l'importance de les accompagner, lorsqu'on le peut, dans leurs démarches administratives si complexes.

Nous sommes heureux de voir :

  • que les enfants apprennent très rapidement le français à l'école
  • que des familles obtiennent au bout de démarches de 18 à 24 mois le statut de réfugiés
  • que d'autres arrachent à la Préfecture une autorisation provisoire de séjour pour soins thérapeutiques
  • que des municipalités sont prêtes à les aider
  • que nous devenons de plus en plus compétents en les suivant semaine après semaine et en nous informant.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire